Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 octobre 2017 1 30 /10 /octobre /2017 03:47
La Ballade des mots dits

PS. J'hésitais pour le titre.

"Lettre à une ex" était définitif mais pas drôle.

"The Art of Fiction" était drôle mais pas définitif.

"La Ballade des mots dits", je trouve ça drôle et définitif, même si ça demande interprétation, comme toujours, et même si parfois on apprécie plus ou moins le côté drôle ou le côté définitif des gens qu'on aime.

Moi, j'aime les gens définitifs.

Quand j'aime quelqu'un je l'aime définitivement.

Et quand je quitte quelqu'un d'important ou que quelqu'un d'important me quitte (il paraît que c'est comme ça qu'on dit) c'est pareil: définitif.

Ce n'est pas de la mauvaise volonté.

C'est juste mieux pour tout le monde, pour plus tard et pour maintenant.

Je n'ai pas la prétention d'être compris, ce serait hilarant.

Mais je n'aime pas les insultes, ce serait trop maudit.

Il existe une vieille maxime juridique à double ou triple tranchant: Qui ne dit mot consent.

Mais il y a une maxime littéraire secrète infaillible: Qui ne maudit sauve.

D'ailleurs, je ne suis pas sûr que ce soit uniquement littéraire. Mais il n'y a pas beaucoup de choses dont je suis sûr, dans la vie.

Repost 0
Published by riverrun - dans Poèmes perdus
commenter cet article
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 21:39
Vis-à-vis

You found me when I had

nothing

and I finally had become

nothing

and your first words were let’s

have

a conversation about

 

things and I like to talk with you about

skies

and I like to keep silent with you on the

ground

and when you laugh

I feel like everything until now had always been

right except

 

that of course I know it was not right that some friends

died

and of course I know nearly nothing I’ve done was

right

and of course I know not everything people did to you was

right but now you’re

here in my

 

arms and I love to take your head and kiss your

skull

and I love when you take my arm and kiss my

bones

and I love when I feel we already did die several

times

but we’ve found it was finally better to live

 

forever

this refreshing and tender fever

to know you can always hide

somewhere

and your work will always gleam

anywhere

you and me and the people like us

 

meet and I love the taste of your swaying

joy

and the way you fill my lungs with fragrant

joy

and the way we keep each other safe in this

wasted and beautiful

world of

 

them and the worlds we created to keep

our souls and bodies and theirs

almost safe through this

wild secret and serious

game of

let’s call it infinite

vis-à-vis

Repost 0
Published by riverrun - dans Poèmes perdus
commenter cet article
8 octobre 2017 7 08 /10 /octobre /2017 21:52
Albertine Trichon, Jungle (détail)

Albertine Trichon, Jungle (détail)

J'aime beaucoup Henry James bien sûr.

(L'écrivain anglais.)

Mais parfois je regarde la nuit tomber sur un coin du

monde

et je suis bien heureux d'avoir un toit sur la tête et

je me demande:

"Et si la Bête dans la jungle n'était pas

toujours qu'une

Bête?"

Repost 0
Published by riverrun - dans Poèmes perdus
commenter cet article
7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 20:09
The Lion and the Joker

 

“Maybe I’ve written too much and too long.

Maybe I’ve loved too much and too long.

Maybe I’ve eaten and drunk to much shit too long.

Maybe I’ve been walking alone in too many streets and mountains and dreams.

Maybe too long I didn’t want to be the third or thousandth wheel.

Maybe I’ve been away from my children and my place too long.

Maybe I’ve made too many children and searched for my place too long.

Maybe I’ve been silent too many times when I should have been speaking.

Maybe I’ve been speaking to much when I should have kept silent.

Maybe I’ve been angry with the wrong things too much and too long.

Maybe I’ve been in love too many times with the wrong people.

Maybe too many girls have been in love with the wrong guy.

Maybe I’ve been poor too much and too long.

Maybe I’ve been homeless too much and too long.

Maybe I’ve stayed too many times when I should have left.

Maybe I’ve left too many times when I should have stayed.

Maybe I’ve understood too many people to remember who I am.

Maybe I’ve been too many times myself to keep in touch with people.

Maybe I’ve felt too many times I couldn’t help people.

Maybe I’ve felt too many times people couldn’t help me.

Maybe I’ve known too long nobody can help nobody.

Maybe I’ve known too long everybody’s help can help someone to help himself.

Maybe I know too well what it feels to kill or get someone you like killed.

Maybe I know too well ghosts and wars never go.

Maybe I’ve been remembering too many things.

Maybe I’ve been thinking too much.

Maybe I’ve been fucking too many times.

Maybe I know too well how to make girls cum.

Maybe I’ve been waiting too long for the girl who’d be as crazy as I am.

Maybe it’s too late to become rich and care for your children and fuck the girl you love.

And maybe not”,

spoke the guy that was looking like a dead lion smoking a cigarette and let’s say

smiling.

“Is this a joke?”,

asked the joker who was sitting near the lion and let’s say

smiling too.

“I don’t think so”, laughed the dead lion.

 

 

Repost 0
Published by riverrun - dans Poèmes perdus
commenter cet article
4 octobre 2017 3 04 /10 /octobre /2017 09:07
How Is It (No Written Reply Needed)

my last and only reciprocal love

(I mean it beyond means)

how is it that I’m afraid of hurting your life

how is it that I’m afraid

how is it that I still am

in love

after all these years loving women who

maybe to put it the best way just

loved the dark or the bright or the strong or the weak side of

this poor and useless and unknowable

Me

 

my last and only reciprocal love

(I feel it in my bones)

how is it that I who came so late into your life am

proud like a stupid angel of all your work and life and body

how is it that I’m now in your arms and legs and hair

and you’re in the rest of mine

after fourty years embracing trees and waves and ideas

and whores

and women searching for a father a brother a banking adviser or a

son and finding only

Me

 

my last and only reciprocal love

(You feel it in your brain)

how is it that we together have five beautiful

children and we together

none

how is it that my joys are streaming with tears

how is it that I feel dead and broken and alive and

newborn and full grown up in this order

and in fruitful chaos when

I look at the simple and infinite pictures of

You

 

my first and only daring love

(You know it by heart)

how is it that You love my written words and

some of the fool stories of lost

and found paradises I whisper in your face and

how is it that You’re keeping me in your arms and always

coming back when I

don’t know how and where anymore to

start a new story I mean

something one could really call a life with

You

Repost 0
Published by riverrun - dans Poèmes perdus
commenter cet article
30 septembre 2017 6 30 /09 /septembre /2017 12:53
Un poème sur ta copine

la plupart des gens sont jaloux c’est

comme ça

pour certains c’est tout simplement parce

qu'ils ont peur d’avoir une vie de merde

bien sûr ils ne sont pas totalement

sûrs

d’avoir une vie de merde mais

il faut bien dire que

les indices s’accumulent

alors si ta vie a l’air un tout petit peu mieux foutue

(même si en réalité le secret

c’est qu’elle est surtout franchement pire) que

la leur

ils mijotent et quand les jaloux mijotent ton bonheur

à leur sauce

personne ne sait ce qui peut

arriver ou ne pas arriver

et il y a le cas particulier des gens géniaux et bien-

veillants qui parfois

aussi te font une petite crise de jalousie mais c’est

autre chose une

vieille blessure qui se rouvre et tu

es bien placé pour

savoir laquelle

et ceux-là tu

les AIMES

mais toi

qu’est-ce que tu peux faire à part écrire une dizaine de brouillons jamais envoyés du genre

« Désolé. » ou

« Ne me maudis pas. » ou

« Ne nous maudis pas. » ou des

mensonges rigolos pour les personnes extérieures aux

événements

comme

« Je ne (re)commencerai pas être heureux

d’une autre manière

avec quelqu’un.

Promis. » ou

si au contraire tu te débats un peu et que t’es particulièrement con et vache :

 « Je suis vraiment

[ILLISIBLE]. »

 

Tu n’es pas d’un naturel modeste et pour tout dire tu as

même

un certain don pour la disons oui disons le mot

provocation

ce n’est pas vraiment de l’orgueil ou une réaction antique

et un peu colérique à la

jalousie comme outil de séparation sociale et

amoureuse même si

un peu

d’hybris

et de soif

de justice

ne font pas de mal dans

ton job simple-

ment tu t’imagines bêtement que ça pourrait être

utile

de dire à voix haute dans

l’ouragan mental de la haine sociale

bavardage terminal déluge lacrymonial

un

peu de disons de un peu du

son

du bonheur

(les voisins savent un peu

mais c’est la faute des

architectes)

bref tu sais d’expérience que pour les gens pas

jaloux la vie est parfois

un peu dure

aussi

et

quand tu

rames à contrecourant

quand tu entends parler d’un bonheur réellement

bien dans les heures

à deux à quatre à tu sais pas

combien

(au fond c’est une question de blessures et du genre des

blessures)

ça te fait chaud

au corps

 

il n’y a sans

doute

réellement pas de mot satisfaisant pour

traduire le truc

« ma femme » est

dépassé surtout à cause de « ma »

mais si (par haine du possessif) tu dis pas

« ma »

(que ce soit avant le mot

« compagne » ou « concubine » ou « chérie » ou « blonde » ou « brune »)

ça se complique encore un peu en tout cas

en français je ne sais pas dans quelle langue vous parlez

parce que si tu dis pas « ma » il te reste quoi

si tu oses « l’une de mes » ça peut

chauffer « l’une de mes femmes,

l’une de mes compagnes,

l’une de mes chéries,

l’une de mes blondes,

l’une de mes brunes

l’une de mes etc »

et tant pis si c’est vrai et

dit avec amour et

je te parle même pas de

« l’une de mes concubines »

mais si tu dis « la femme que j’aime » les gens

ne

comprennent

plus de quoi tu parles

alors au fond tout bien et surtout mal considéré autant la

boucler

 

il y aurait encore plein de remarques grammaticales à

faire pour semer définitivement le

chaos dans ta

vie ou plutôt la vision de ta vie

mais si tu as la force

morale d’écrire un dernier truc sur ton pense-

bête de vagabond irresponsable de

clochard sans scrupules de

père indigne de

mari infidèle de

fuyard absolu d’

écrivaillon du vide et d’

ennemi de la société

note bien pour t’en souvenir

longtemps

que tu

n’as jamais sincèrement pensé que qui que

ce fût

dusse

se consacrer exclusivement au redoutable art de la

monogamie ni par conséquent de la

bien moins célèbre et plus redoutable encore

monoandrie

pour le dire clairement en ce qui te concerne tu n’aurais rien contre

vivre avec deux

ou trois ou dix femmes genre bon sauvage à condition qu’elles

s’aiment toutes entre

elles et t’aiment

toutes et que tu les aimes

toutes et que personne ne devienne

méchant(e)

et là bonjour les formulaires alors

restons simples attentifs ensemble ou

seul attentif ou seuls à deux mais

simples parce que

simplement tu

n’as fait en quarante ans d’errances

qu’

une

disons oui comment traduire

une oui une

RENCONTRE ABSOLUE

comme par hasard au moment où

tu n’avais où

tu n’étais plus

RIEN et

pour toutes ces raisons et pour une infinité d’autres

(mais ta patience par exemple

a des limites) il est

PEU PROBABLE

que tu te risques un jour à écrire un putain de poème

sur ta

COPINE.

Repost 0
Published by riverrun - dans Poèmes perdus
commenter cet article
28 septembre 2017 4 28 /09 /septembre /2017 09:36
Rückgrat

Henry est un bon

copain quand il cogne il cogne et

c’est en essayant d’éviter ses coups

chez le vieux maître Tran sous

l’église américaine sur le quai d’orsay il y a

quinze ans que

j’ai appris à parer les coups des fous dans les

rues de paris pristina et celles de mes rêves et

c’est en essayant de pas répondre à ses

questions de merde il y a dix ans que

j’ai appris à faire de bons mensonges qui

éclairent les nuits de tous ceux qui les

entendent à quinze mètres à la ronde

sauf moi.

 

« Mec, il faut que tu te

ressaisisses il faut que tu te

bouges c’est une époque incroyable tu

pourrais faire pas mal de trucs et

ton dossier n’est pas si chargé que ça si tu voyais ceux des

sous-fifres qu’on se coltine depuis les

attentats faudrait juste que tu

apprennes à la boucler sinon regarde-toi y a

là quand je te regarde dix ans plus tard y a

c’est quand même dingue y a

t’as la forme hein je dis pas ça c’est juste qu’y a

pas plus je sais pas comment dire plus

lointain et plus seul et plus

gros-jean que

toi. »

 

Bon moi je il

tourne vaguement les

pages de mon vieux livre écrit il y a

quatre cents ans par un bretteur chinois qui

devait boire pas souvent mais alors

à fond de cale et baiser rarement mais

du fond du corps alors et je me dis que finalement c’est

normal qu’Henry n’ait jamais jamais

réussi à me porter un seul coup il a un sacré rythme mais

le

rythme

du monde

n’est pas sacré il est juste parfaitement lui-

même il est juste souverainement

comment dire au présent alors

il n’y a pas plus au courant qu’Henry de toute cette merde politique mais

il n’y a pas moins au courant qu’Henry de

toute cette merveille le oui disons le présent

le seul

domaine

où il est oui finalement ce bon vieil Henry bien meilleur

que moi

c’est pour compter les sous les coups

les coups de mou les froufrous les trous

les poux les ripoux et les

morts.

 

« Henry tu

ne t’es jamais visiblement jamais demandé pourquoi j’

apprécie non sincèrement j’apprécie du verbe apprécier ta

compagnie

tes escadrons perdus n’enlèvent rien à ton charme de

criminel arbitre des inélégances diplomatiques et de

mauvais garçon mais ce que

oui au fond ce que je voudrais que tu comprennes for

the sake of our friendship c’est

regarde le ciel bon immense sens l’air voilà doux qui

descend la

bon la rue pour la dernière

fois le parfum des deux filles à deux tables derrière écoute

rehab depuis le fond de la salle depuis le fond du

continent du vaisseau bleu comme la terre

du fin fond de la

galaxie et mets-toi bon ça dans la

tête :

 

Ce n’est pas à un homme seul, misérable et pour

tout dire dément que tu

parles ce n’est pas à un ermite un peu

gris au cœur plus noir que vos croiseurs que tu

voudrais confier tes missions de bisounours aigri que tu

demandes de garder des secrets trop lourds pour un éléphant d’asie non ce n’est pas

à un quarantenaire à peu près bien entretenu mais qui n’a plus

de genou et d’épaule et de cheveux ni de sentiment à revendre non ce n’est pas

à ce monstre un peu usé mais toujours ombrageux que tu

parles mais bel et bien à un

complot

qui n’est pas de ton monde. »

 

« C’est cool et z’êtes combien ? »

 

« A ton avis, Henry. »

 

« Seul. »

 

« Tant mieux si tu l’crois, Henry. »

 

On reste à rire dans le soir doux et la mémoire violente

et je crois

que même Henry parfois quand il a bu et ri et un peu réfléchi

passe un peu du côté de

l’infini.

 

 

Repost 0
Published by riverrun - dans Poèmes perdus
commenter cet article
27 septembre 2017 3 27 /09 /septembre /2017 23:29
Le contraire d'une église

"Non mais sérieux" que me disait le vieux.

"Si t'aimes une femme

tu la prends par la main.

Tu l'emmènes à l'église.

Et tu l'épouses honnêtement."

 

(Quand on buvait deux ou trois Pueblos et

qu'on fumait deux ou trois pressions

à la terrasse du café des légionnaires

aigris, ça volait pas toujours très

très haut.)

 

"Non mais sérieux" que je disais au vieux.

"Si une femme m'aime et qu'il y a

une église moche qui passe.

On rentre dans l'église, on ressort, on change d'avis.

On rentre une deuxième fois et j'crois bien qu'on s'embrasse."

 

"Mais ça, Alex, c'est le contraire d'une église..."

 

"P'têt' bien mais ça, tu peux pas comprendre, Henri."

 

"Si" qu'il disait le vieux.

Les larmes aux yeux.

 

Oh, merde.

"Mamie, deux autres s'il te plaît."

Et pendant que le vieux faisait passer ses larmes pour un

moucheron

et que la vieille nous versait interminablement nos

pisses de vache

j'imaginais la femme que je

chérirais

et qui commencerait par connaître tous mes beaux

péchés avant de m'entraîner dans

une église ou le contraire.

 

Pour que je l'embrasse.

 

"Merde t'as encore une clope, Alex ?

- Ouais la dernière.

- Tout d'suite les grands mots.

- Au moins j'attire pas les mouch'rons."

Repost 0
Published by riverrun - dans Poèmes perdus
commenter cet article
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 07:31
Pristina, 2010 (photo: Dehradun)

Pristina, 2010 (photo: Dehradun)

 

(ou La Ballade des femmes perdues)

 

Quelque part rue Pajol au tout dernier étage en montant la

première fois j’avais croisé le client précédent lui en

blouson de cuir à capuche et en baggy baskets

les mains couvertes de bagues en or d’un côté en argent de l’autre

et moi en veste de tweed et en santiags un sac de livres sur l’épaule

bonjour monsieur avait dit le type et moi juste

salut

ta copine en ouvrant la porte avec son joli nombril qui rayonnait dans

l’intervalle entre le jeans délavé et la chemise nouée avait dit

en te montrant à l’autre bout de la pièce

bonjour c’est pas moi

c’est elle et c’était toi

radieuse légère moqueuse très loin

en soupesant doucement ma queue la première fois

tu m’avais souri en te mordant les lèvres

et je m’étais demandé est-ce qu’elle

fait ça à chaque fois et tu m’avais savamment fait comprendre

que c’était chaque fois

la seule fois

Yasmine

 

Quelque part à Boulogne dans un immeuble en face du con-

servatoire tu m’avais dit d’apporter une bouteille de vodka même

pas fraîche une demi-heure au congel en attendant du vin blanc toute

la ville plongeait lentement dans l’absence du désert du début de

l’été la moitié des immeubles était vide l’interphone

merdait tu m’avais prévenu tu m’avais écrit si l’interphone aphone

merde tu n’auras qu’à siffler un air

un air de quoi un air de ce que

tu veux mozart oui OK pourquoi pas mozart toute façon il

y a un balcon juste à côté du hall d’entrée la porte-fenêtre sera

ouverte si tu siffles mozart je reconnaîtrai tu reconnaîtras je recon-

naîtrai j’aurai

préparé des blinis au saumon tu n’auras qu’à enjamber ma

rambarde avec la vodka et pousser les

rideaux je serai là et tu étais là

et c’était ton vrai nom

et c’était ton vrai corps

et tes vraies oreilles

Pauline

 

Quelque part à Velania sur les hauteurs de Pristina à

quelques encâblures du Space Club un taxi m’avait conduit

jusqu’à la villa où tu vivais depuis des mois en rêvant de ta

ville natale dans ton

pays natal et moi qui croyais

chastement

venir faire

une enquête au bout de deux minutes je t’avais vue et toi en m’apportant un

verre de whisky sans glace tu étais si glaciale que

j’étais sûr de pouvoir parler un peu sérieusement avec toi mais

quand tu es revenue t’asseoir et que nous avons parlé un peu sérieusement

des bribes d’anglais de français de roumain

d’économie de guerre et de philosophie il était de plus en plus

évident que ça n’allait pas s’arrêter en si bon

lit et qu’après la première et la deuxième et la troisième

baise dans une chambre à l’étage il y aurait

toujours autre chose à discuter et qu’après

ton départ de ce merdier nous nous reverrions pour rediscuter

d’économie de guerre et de philosophie

par exemple à Paris mais à Paris finalement

je n’y étais pas quand tu es

venue et repartie

Lili

 

Quelque part dans les livres on apprend toujours que

l’amour ne dure pas dans le meilleur des cas qu’il ne dure pas

toujours

et c’est vrai qu’aucune femme n’a jamais pu faire semblant de

m’aimer plus de deux

ou trois

ans on doit être deux

ou trois

comme ça je crois que c’est officiellement parce que nous vivons comme

un

gamin un ermite un sauvage un clodo un bourgeois un prolo un gaucho

officiellement parce que j’ai en tout cas moi en ce qui me concerne

toujours une ou deux ou même cinquante-deux

semaines de retard pour

laver payer réparer et allumer la

TV la

voiture les

impôts les

chiottes et

l’immense

cosmos

inlavable impayable irréparable et pour tout dire ignifugé à

moins que ça soit juste un décor un trompe l’œil une peau de chenille un para-

vent mais ce n’est pas la raison principale pour laquelle dans toute cette

lamentable ballade

il n’est en tout cas en apparence question que de vous mes femmes

perdues plutôt mes femmes

trouvées il y a longtemps

simplement les femmes que j’ai trouvées qui étaient moins perdues

que vous les femmes perdues quand même

et que j’aime encore tendrement elles aussi même si c’est difficile

à croire eh bien elles si elles me

revoyaient me

flingueraient et si elles me lisaient me

flingueraient

ne m’ont-elles pas toutes presque toutes

aimablement prévenu : « N’écris pas sur moi, Tom/Alex/Andy, n’écris pas sur

Moi » oui parfaitement me flingueraient même

mentalement dans ces conditions comment voulez-vous é-

viter les raccourcis les stéréo-

types et ma mort même mentale ne serait pas

grand-chose mais je

pense sérieusement que leur place à aucune d’elles n’est en

prison même mentale leur place est dans la

vraie nature la physique les grands espaces alors que vous mes belles disparues dans

le labyrinthe du monde de la mort des alliances des

naissances et des morts vous qui ne vous

offusquiez jamais de rien dans vos grands espaces à vous vous

qui saviez recoudre les morts les vivants les morts-vivants

qui saviez adoucir les mémoires les paroles les mensonges

qui saviez alléger les corps les âmes les blessures

ne lirez jamais cette bancale ballade et si jamais par malheur vous la

trouviez

vous vous hâteriez de la perdre.

 

[Poèmes écrits sur la ligne P, 2017]

Repost 0
Published by riverrun - dans Poèmes perdus
commenter cet article
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 15:36
La ballade des étés perdus

 

 

Le patron ( j’ai toujours eu cette impression

avec mes patrons)

avait quatre ans de moins que moi mais

il y avait dans son petit corps de

grand nerveux un ou deux

siècles

de colère et d’envie de terreur

six ou sept

générations de maraîchage absurde dans la

Marne le grand désastre secret des

familles.

 

Moi qui sais

à peine d’où viennent mes grands-mères

sans parler de mes grands-pères je

travaillais joyeusement dans les champs

qu’il louait aux anciens

rivaux de son père grabataire

de son grand-père collabo et

qu’il pleuve ou qu’il vente ou que le soleil

cogne

j’étais comme un gosse dans les rangs

de tomates de poivrons les haricots les courgettes et cette saloperie de

mesclun.

 

La patronne (j’ai presque toujours eu cette impression

avec mes patronnes)

était aussi jolie que je suis charmant avec

mes manières de cowboy

misanthrope et philogyne

sauf qu’elle avait à peu près autant de charme qu’une

physionomiste aguerrie dans un casino de

la côte sud et de désarmante

humanité

qu’un colonel en retraite et en robe

de chambre un .45 à la main dans

la pinède à la poursuite d’un

sanglier.

 

Moi qui sais parler

aux sangliers aux voleurs aux chats errants et aux

premières classes je

travaillais joyeusement dans la résidence

hantée par le néant qu’elle

administrait

pour le compte du Ministère de la Défense

et où la rejoignait toutes les

deux nuits

son maréchal des logis de copain pendant que

j’errais comme un gosse lors de ma quatrième ronde de la nuit

sur la coursive du deuxième et dernier étage

en guettant les

orages.

 

Les dieux (j’ai toujours eu cette impression

avec mes dieux)

étaient aux abonnés absents sauf la sous-

déesse adjointe au Temps avec

qui j’avais régulièrement d’excitantes

disputes

sur le péché la perdition le salut et le plaisir qu’on

pouvait tirer du salut ma

position préférée

étant qu’on en tirait autant des trois autres et

qu’elles étaient d’ailleurs la plupart du

temps

simultanées.

 

Moi qui sais

me perdre

dans les dix mille chemins du disons du

salut

je travaillais joyeusement dans le monde

qu’elle ravageait d’images (Platon, Timée 37 d 5)

en écrivant mes phrases qu’elle gardait soigneusement

perdues

dans le magma sanglant de leurs phrases pour

rien dire

pendant que je vivais gravement ce qu’il

fallait vivre pour pouvoir dire un jour :

putain, j’ai

été.

Repost 0
Published by riverrun - dans Poèmes perdus
commenter cet article

Andreas Guest

« Andreas Guest, c’est ton vrai nom?

- C’est bien possible, oui.

- Parce que si j’ai bien compris, du peu que tu as publié depuis 'Lahatena' en 2001, ça a été le plus souvent sous des pseudonymes pas toujours transparents comme Alexandre Gambler, Léo Zyngerman et Thomas Spaeher ? Schizophrénie ?

- Je ne sais pas, il faut peut-être demander à quelqu’un d’autre. Je crois surtout que n’importe qui ne peut pas raconter l’histoire de n’importe qui. »

Recherche