Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2017 1 25 /09 /septembre /2017 20:31

5'51"

 

13bis. Gambler est zen

 

« Hey, Manu.

- Euh, Gambler ??

- Ouep.

- Comment vous avez eu ce numéro ?

- Euh... J’ai fait rappel sur votre dernier coup de fil...

- Putain... Bon, vous voulez quoi ?

- Fait bon aujourd’hui hein ?

- Ouais, mais ça reste l’hiver hein... Mais euh... Vous me rappelez pour me dire ça, Gambler ?

- Vous étiez occupé ?

- Oui...

- Tant mieux.

- Écoutez je suis sympa avec vous parce que vous avez quelques tuyaux... Et puis je sais bien que vous n’avez rien à faire en attendant votre formation de chauffeur de bus, mais quand même ! J’ai un job moi !

- Ok, ok. Vous avez une fenêtre là où vous êtes ?

- Je suis au bureau !

- Ça veut dire sous terre ?

- Vous vous foutez de ma gueule ? Je ne vis plus au Moyen-Âge ! Je suis au 37e étage d’une tour de La Défense, j’ai internet, de la moquette, une fontaine à eau et des vitres blindées !

- Bon alors ouvrez la fenêtre.

- Quoi, vous êtes sur l’immeuble d’en face avec un gun ?

- Vous êtes rapide et je suis mauvais tireur, vous courez aucun risque.

- Mais c'est quoi ce cirque ! J’ai du taf !

- 2 minutes 9 secondes de votre temps, putain.

- Ok, grouillez.

- Vous sentez des parfums depuis votre 37e étage ?

- Je sens rien.

- Dommage. Y a des lumières ?

- La Défense, Gambler !

- C’est beau ?

- La Défense, je vous dis !

- Y a des sons ?

- ...

- Ok. Écoutez ça, mec.

- Attendez !...

- Mh ?

- Je veux bien écouter ce que vous voulez deux minutes. Mais je peux vous demander quelque chose quand même ?

- Tout ce que vous voulez.

- Tout ce que je v...?? Euh...

- Ben dites, Manu.

- Arrêtez de m’appeler mec.

- Ok, bro ?

- Faites pas chier ! ‘Manu’ c’est quand même pas compliqué ?!

- Ok. On va essayer. Allez maintenant, respirez, relâchez les épaules, sentez l’air autour de vous, et putain, Manu, écoutez ça. »

Je lui lance le solo du piano dans le premier mouvement du deuxième concerto de Prokofiev, réécrit en 1920 après que la première version a brûlé dans un incendie pendant la guerre et la Révolution.

Douceur. Surface. Mémoire. Concentration. Accélération. Profondeur. Douleur. Descente. Descente. Descente. Confusion. Brouillard. Révolte. Détermination. Lucidité. Ruines. Chaos. Etoiles. Décrochage. Course. Danse. Aurore. Horizon. Horizons. Guerre. Refuge. Mémoire. Mémoire. Mémoire. L’orchestre reprend. Accords d’une noirceur infinie. Arpèges d’une lumière infinie. Je coupe.

« 

- …

- Qui joue ça, Gambler ?

- Yuja Wang.

- Une Japonaise ?

- Mais non, Chinoise…

- C’est pareil…

- Euh… Disons que… C’est comme Rome et la Grèce… À la limite, le point commun le plus frappant vu d’ici, c’est le zen japonais qui vient du zhan chinois. Il y a d’ailleurs une très intéressante comparaison, bien qu’un peu datée, que nous devons à Henri Jas…

- Gambler ?

- Mh ?

- Taisez-vous. »

Repost 0
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 21:10
Un sens caché

Je prends une bière dans le frigo, je me roule une Pueblo, je descends dans la rue, la nuit tombe, il fait bon, ni trop chaud, ni trop froid, ni trop sec, et il flotte pas non plus, enfin pas depuis quelques heures. Les gens reviennent du boulot ou de la manif, personne n’a trop l’air de croire que la rentrée, c’est du sérieux. De toute façon, tout le monde a compris que la planète est définitivement foutue. Ce sont les dernières années du monde tel que vous l’avez connu, qui sait ce qui... etc.

Septembre 2017, quoi.

Moi je suis content parce qu’aujourd’hui j’ai vu un gamin de cinq jours avec ses petits cheveux noirs et ses yeux de sioux et ses mains et ses pieds de guerrier du bonheur. Je suis content aussi pour d’autres raisons mais il paraît que c’est pas bon d’étaler trop son bonheur, surtout surtout quand il est tellement subtil qu'il a l'air grossier et blablabla, ça peut vexer des tas de gens, faut pas vexer les gens, c'est pas une question de politesse ni de gentillesse c'est juste qu'après ils vous tombent dessus d'une manière ou d'une autre comme des barbares, alors voilà.

J’en suis là dans mon ruisseau de réflexions vespérales quand un type en baskets noires, en jeans délavé, et en T-shirt rouge s’arrête brutalement devant moi, les bras ballants, et me regarde d’un air complètement ahuri.

« Mais… Gambler, bordel, c’est vous ?!?

- Euh… Manu !?! »

On reste un instant à se regarder les yeux ronds, je peux pas m’empêcher de commencer à sourire, lui pareil.

« Mais, Gambler, je vous croyais mort ?!?

- Mais pareil, bordel, Manu !?! »

On se serre vigoureusement la patte et on s’adosse tous les deux côte à côte face à la rue, histoire de laisser passer les gens qui, si on continue à leur bloquer le passage comme ça, vont continuer à nous regarder zoner comme des fantômes et c'est vrai qu'il y a un moment ça finit par être un peu désagréable. Pis moi j'ai une bouteille de bière à la main, quand même, ça n'allège pas vraiment mon dossier.

Manu sort un paquet d’American Spirits et s’en cale une au coin des lèvres. J’allume nos clopes avec mon vieux briquet noir, on se croirait revenus des siècles en arrière sauf qu’en fait, non. Plus rien n’est comme avant. Tout le monde est au courant, non? On avait tous très sérieusement diagnostiqué la fin du monde, tout le monde avait compris que nom de nom ça ne pouvait plus continer comme ça, qu’il fallait changer les choses en grand... et puis voilà pim pam poum, quelque chose a merdé, pas mal de gens se sont un peu plantés dans leurs analyses pré-électorales, tiens si finalement si je votais H., le PS peut quand même pas disparaître, tiens finalement si je votais M., j'aurai l'air bien plus in, branchouille et réalos (ce qui souvent revient au même) dans les soirées, du coup premier tour de merde et paf, on se retrouve avec l’ancien monde puissance dix aux commandes : Macron et sa bande de réactionnaires façon Back to Naïntïne Seurtifaïve en mode je me déhanche avec une barbe de 5 jours au pupitre pour répondre aux journalos, ça fait plus cool en plein déluge.

Bien sûr on pourrait se dire : bah, Macron, Mr Areva, Mrs Dassault/Danone et Mr Monsanto, c’est juste la France quoi !...

Sauf que je ne sais pas si vous vous souvenez, vous n'avez peut-être pas du tout suivi ce feuilleton au printemps dernier, mais la juridiction de Manu c’était la France et la Belgique, donc bon surtout la France (la Belgique pas de chichi chez eux, ils ont déjà compris qu'il fallait expérimenter la survie psychique ou non directos dans le néant, que ça servait à rien d'avoir des Houellebecq ou des Delphine de Vigan), et bon moi pendant ce temps je suis encore un petit peu un écrivain underground de langue française, donc ben la France, à la base, c’était un peu notre rayon.

Donc on a peut-être pas l’air, là, comme ça, avec nos looks de dandys laucostes tranquillement adossés au néant, dans l’air plus si doux que ça au coucher du soleil, mais en fait... on en a pris un sacré coup, merde! Heureusement qu’on a nos petits stocks de bonheur clandestin par ailleurs, tiens... Enfin je parle pour moi... Mais...

« Mais comment vous vous en êtes tiré, Manu ?

- Je pourrais vous poser la même question et on ne s’en sortirait pas, si ?... ça a tenu à tellement peu de choses, et à tellement de choses à la fois… Ce serait tellement long, tellement incomplet… C'est vain...

- Ouais. Z'avez raison. Allez zou. N’expliquons plus rien. De toute façon tout ça est à n'y rien comprendre.

- Voilà. Simplifions. Tout baigne pour vous ?

- Oui bah oui, disons. Et pour vous ?

- Ben en fait même la question n’a aucun sens, vous êtes bien d’accord ?

- Carrément, Manu. Mais c’est gentil de l’avoir posée quand même.

- Ben franchement, je vous le dis hein, vous avez l’air heureux, Gambler. C'est scandaleux mais bon ça fait quand même un truc de stable, quoi... Je voulais que vous sachiez que ça m'avait sauté aux yeux et que maintenant, ben... ça me réjouissait.

- Ben vous aussi. Tout pareil, mon vieux.

- Mais bon, si on résumait, y aurait quoi quand même à améliorer, de votre côté, Gambler ? Pour pas en rester là tout de même, malgré cette splendide réussite, enfin ce désastre, quoi!

- Ben je devrais être plus sérieux, je pense.

- Dans quel domaine? Ou c'est tout à la fois?

- Tout à la fois, évidemment. Mais par ordre de priorité... Faut que je prenne rapidement un job, si possible un truc pas trop con, mais va falloir que je sois moins sélectif que ces derniers mois, je crois, parce que les trucs qui me faisaient un peu rêver n'existent plus. Enfin ils ont inventé des machines pour les faire donc voilà... Me faut du cash.

- Pour quoi faire?

- Ben... D’ici quelques années, l’idée c’est d’acheter de la terre, le plus de terre possible, pour pouvoir se barrer des villes et voir venir.

- Ah, je le savais que vous vous accrocheriez à ça, mon petit Gambler… Mais bon, je n’y crois pas trop... N’êtes pas assez sérieux... Enfin je veux dire, comprenez-moi bien... Dans l’écriture, moi j’ai bien compris: vous êtes tellement sérieux que même quand on a l’impression que vous êtes en train de faire une grosse blague, en fait…

- Ah vous avez compris ça, Manu ?... Rooo ça fait plaisir...

- Ben oui j’y ai quand même regardé de près ! Bon… Mais je n'ai jamais dit que c'était un compliment non plus! En fait je comprends toujours pas pourquoi vous faites si compliqué, mais au fond, ça vous regarde…

- Je sais pas, c'est... Comment dire... Quand c’est trop simple, vous comprenez, c’est que ça cloche... Faut que les gens rament un peu pour suivre. Enfin pour suivre, j’me comprends... S’agit pas de me suivre. S’agit d’aller beaucoup plus loin que moi, je fais que signaler des pistes, au fond je suis dans le noir, j'avance à tâtons…

- Comment vous faites pour avoir l’air si prétentieux même quand vous essayez de vous la jouer modeste, Gambler ?!

- Rooo... Pas gentil ça! Je la boucle hein si vous voulez...

- Et pourquoi pas ? Vous n’avez jamais essayé ?

- Mh.

- Non mais dites.

- …

- Gambler ?... Non mais vous allez pas me faire ce coup-là non plus, hein ?

- Non mais faut voir... Je sais pas... C’est tentant, au moins quelque temps... C'est vrai qu'avec mes mots, là... Des mots, quoi! En 2017!... Le truc que tout le monde croit avoir compris et recompris et surcompris!... Pis vous seriez content peut-être, il n’y a pas si longtemps vous rêviez de me faire taire ?

- Votre problème finalement c’est que vous prenez tout au sérieux... Moi je vous l'ai déjà dit une fois, je balance juste des trucs comme ça au hasard...

- Mais non… Vous avez saisi un truc qu'est dans l'air, quoi... Ne plus rien dire! La photo peut-être comme nec plus ultra de la com'...

- Non mais sérieusement? Il y a pas un truc à creuser, là?

- Je sais pas, Manu... Mon problème au fond c’est que j’ai toujours fait comme si j’allais vivre éternellement, ou plutôt comme si j’étais déjà mort... Voyez, quoi...

- Dites... C’est de la bière que vous buvez ?

- Oui, z'en voulez?

- Pas sûr... Vous l'avez trouvée où?

- Dans le frigo. »

Manu me regarde attentivement quelques instants pendant que les dernières lueurs du soleil s'effacent dans le ciel plein de nuages violets.

« Il y a un sens caché quand vous dites ‘dans le frigo’, Gambler ?

- Je sais pas… Vous croyez ? »

Manu met pas mal de temps cette fois avant de se décider à ne rien répondre.

Moi je remonte lui chercher une bière dans le frigo.

Je le monte vraiment beaucoup plus vite qu'avant, cet escalier.

 

Repost 0
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 17:33
'Quand vous aurez trouvé le monstre quelque part
dans le labyrinthe, n’ayez pas peur.
Le monstre, c’est peut-être vous.'
 
Satan pour la planète
(Environ 64 dialogues contre la fin du monde)
 
disponible en version complète
sur le site Paroles des Jours
merci à Stéphane Zagdanski
Repost 0

Andreas Guest

« Andreas Guest, c’est ton vrai nom?

- C’est bien possible, oui.

- Parce que si j’ai bien compris, du peu que tu as publié depuis 'Lahatena' en 2001, ça a été le plus souvent sous des pseudonymes pas toujours transparents comme Alexandre Gambler, Léo Zyngerman et Thomas Spaeher ? Schizophrénie ?

- Je ne sais pas, il faut peut-être demander à quelqu’un d’autre. Je crois surtout que n’importe qui ne peut pas raconter l’histoire de n’importe qui. »

Recherche