Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 07:23

IMG_20140423_121336-1-.jpg

 

 

Puis nous sommes descendus de cet étrange Tibet et nous nous sommes sustentés derrière un bloc de grès, sans soupçonner, dans notre abri, que la situation dans le ciel avait dépassé le seuil critique. Lorsque nous sommes sortis sur le rivage du Baskountchak, l'orage, qui depuis longtemps obscurcissait la rive opposée, fut rattrapé par une rafale de vent qui lança à la rencontre d'un autre orage qui montait en puissance derrière le cône de débris de la carrière de gypse. C'est là qu'il se heurtèrent dans un épouvantable coup de tonnerre. Les premières gouttes de pluie tombèrent sur la route - gouttes de laque chinoise rouge - puis ce qui était une route se transforma progressivement en une coulée de ketchup engloutissant dans la steppe automobiles, motos, vélos, autobus...

Au-dessus de la Bogdo, la tempête faisait rage, les éclairs se ramifiaient, et à l'instar des fanions tibétains, nous aurions été purement et simplement été balayés des versants de la montagne, si nous nous étions trouvés là une heure plus tard.

Le soir, quand le mauvais temps fut passé et que la grêle eut fondu, nous sommes allés fumer sur le banc devant l'hôtel et j'ai entrepris de masser tes pieds gelés. Alors nous avons compris, oui, à ce moment précis, avec une acuité particulière, nous avons compris vraiment que les ambitions, les fantasmes que nous caressions tout récemment encore, ne s'étaient jamais réalisés. Qui plus est, ils s'étaient révélés n'avoir aucune importance. Il était donc peut-être plus important de croire. Croire... au mystère? Croire qu'il existe des montagnes sacrées dont il faut faire l'ascension pour le raconter plus tard à ses enfants? Car les enfants sont à l'abri du mal tant que nous croyons au mystère et à l'enchantement. Et c'est pour eux un grand malheur, si un beau jour, ils se rendent compte que leurs parents en vérité ne croient pas. En rien. En rien de ce qui est écrit dans les contes. Comme si les contes étaient écrits seulement pour les enfants qui n'ont pas encore connu l'école.


Vassili Golovanov, "Le territoire de l'Amour"

Partager cet article

Repost 0
Published by riverrun - dans Citations
commenter cet article

commentaires

Andreas Guest

« Andreas Guest, c’est ton vrai nom?

- C’est bien possible, oui.

- Parce que si j’ai bien compris, du peu que tu as publié depuis 'Lahatena' en 2001, ça a été le plus souvent sous des pseudonymes pas toujours transparents comme Alexandre Gambler, Léo Zyngerman et Thomas Spaeher ? Schizophrénie ?

- Je ne sais pas, il faut peut-être demander à quelqu’un d’autre. Je crois surtout que n’importe qui ne peut pas raconter l’histoire de n’importe qui. »

Recherche