Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 13:12

IMG_20140825_201618-1-.jpg

 

À première vue, il est facile de reconnaître dans l'économie humaine – dans la destruction de la nature, la production des objets, leur commerce illogique, leur dilapidation concrète, leur conversion terminale en monnaie, et même dans la production de l'argent lui-même1 – un « aspect particulier de l'activité terrestre envisagée », comme l'écrivait Bataille dans La part maudite2, « d'un point de vue cosmique ».

Un mouvement se produit à la surface du globe qui « résulte du parcours de l'énergie en ce point de l'univers » et de la manière dont les hommes envisagent cette énergie. L'activité économique des hommes s'approprie ce mouvement, elle est la mise en oeuvre, à certaines fins métaphysiques, de certaines des possibilités qui en résultent. Mais ce mouvement a une figure et des lois foncièrement méconnues de ceux qui s'imaginent les utiliser et, en réalité, en dépendent. Ainsi la catastrophe de l'économie métaphysique se déroule-t-elle: la détermination générale de l'énergie parcourant le domaine de la technique – la Terre et ses environs – est altérée par l'activité de l'homme. Et celle-ci, en retour, est confortée dans son parti-pris catastrophique par une détermination qu'elle ignore, méprise, et persiste pourtant à ravager: son propre langage.

La méconnaissance par Bataille des données matérielles et symboliques du monde moderne, des lois secrètes de la diplomatie souterraine et de la perversité financière l'a fait errer gravement. L'humanité exploite des ressources matérielles et symboliques données, mais loin d'en limiter l'emploi, comme elle y serait fondée, à la résolution des difficultés immédiates nécessaire à la vie matérielle et symbolique, elle assigne aux forces qu'elle met en oeuvre une tout autre fin: l'aggravation exponentielle de ces mêmes difficultés, sous couvert d'économies généralisées, dans la dépense la plus effrénée. Au-delà de cette fin, ce que poursuit « l'économie » humaine, en effet, c'est l'anéantissement rentable des possibilités de la Terre.


1 Voir L'affaire Supernotes, Kasper & Carletti, XO éditions, 2014.

2 Les Éditions de Minuit, 1949/1967

Partager cet article

Repost 0
Published by riverrun - dans Détournement!
commenter cet article

commentaires