Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 08:56
Magritte, Les Amoureux, 1928

Magritte, Les Amoureux, 1928

30. Jonction et séparation

Quelques jours passèrent encore, comme c’est la tradition dans ce genre de cas.

Puis un sale matin Thomas découvrit une nouvelle petite feuille de papier glissée sous sa porte et l’observa attentivement depuis le lit où il gisait sur le côté, un œil enfoui dans l’épaisseur d’un oreiller spécial luxe offert par Stephen, l’autre œil en mode périscope inversé, pleinement plongé dans la contemplation du réel ultra-matinal.

Qu’est-ce que c’était encore cette foutue feuille de papier.

Vaguement pliée et repliée, presque chiffonnée, comme une ébauche ou une épave d’oiseau blanc-jaune à rayures bleues.

Est-ce que Laura n’en avait pas marre de jouer à ce jeu.

Est-ce que c’était vraiment un jeu.

Si Laura ne lui disait pas clairement qui il avait été avant de perdre la mémoire, ou en tout cas une bonne petite proportion de sa mémoire, disons un pan entier, à moins qu’il ne fallût dire l’inverse : il lui restait un ou deux pans de sa mémoire,  en gros ces trucs un peu douteux qu’on appelait l’histoire et la science, juste ces deux petits pans de merde comme s’il n’avait jamais eu de vie à lui, une fois mis à part ces quelques bribes de souvenirs dont après tout en poussant un tout petit peu il aurait été facile de dire qu’ils n’étaient que des souvenirs de films, de reportages ou de récits, même si quelque chose dans le corps de Tom semblait avoir été inscrit, mais pouvait-on se fier à ses sensations physiques, etc.

Si Laura ne lui disait pas clairement qui il avait été avant de son point de vue à elle, est-ce que ce n’était pas tout simplement parce qu’elle avait honte, elle aussi, de ne pas se souvenir et toutes ces sortes de choses.

Est-ce que ce n’était pas le signe d’une souffrance cachée celle d’une femme que Tom ça il en était sûr même s’il ne se l’expliquait pas aimait est-ce que ça n’aurait pas été à Tom de la titiller elle je veux dire Laura pour la pousser à faire l’effort de

Il se leva, enfila un jeans et une chemise parce qu’il faisait frais en cette fin d’été à moins que ne persistât simplement en lui le lointain souvenir physique d’un froid d’une autre vie et alla chercher le bout de papier à la con.

Etait écrit :

« Salut Tom. Bon du coup on arrête la saison de Mahjong ici d’un commun accord avec Stephen. La situation est trop affreuse. Fin je veux dire pour Maurice et tout.

Final des points d’après nos calculs :

Laura : 6.976

Stephen : 1.492

Tom : 0.

Et encore, ton véritable score aurait dû être de

Tom : - 32.301

Suite à ta dernière misérable tentative de réaliser un Grand jeu. Seulement la tradittion veut qu’on n’attribue pas de score négatif à un joueur en difficulté quand aucun art urgent n’est enjeu. Histoire de ne pas l’humilier inutilement.

Tu vois ce que je veux dire ?

En tout cas ces scores résument assez bien la situation !!!

Bisoux !

Ta chère et dévouée R410

PS : surtout Tom, ne vois dans tout cela aucune allusion sexuelle. Fin je veux dire aucune allusion à la situation sexuelle. Tu n’étais pas vraiment mal mais Stephen me fait des choses que tu ne m’as jamais faites et que par conséquent tu ne me feras jamais. Re-bisoux ! »

Tom se mit à sourire doucement, même s’il éprouvait une irrésistible envie de retourner se coucher. D’ailleurs l’un n’empêchait peut-être pas l’autre et il essaya.

Il se mit à rêver aux phrases de sa réponse à Laura en regardant un coin de ciel sans intérêt par un bout de fenêtre.

« Chère Laura.

Terminons par la fin.

1) La situation est ce qu’elle est. N’en rajoutons pas.

2) En tout cas moi je n’en rajouterai pas.

1bis) Maurice me manque.

3) De manière générale tu ne réponds pas à ce que je t’écris. Fin je veux dire ça ne provoque aucune réaction visiblement en rapport avec ce que je t’écris. Peux-tu, en tout cas si cela t’importe d’une manière ou d’une autre, tenter de m’expliquer pourquoi ? Est-ce le résultat d’une souffrance ? Est-ce un appel au secours informulé voire informulable ? Est-ce que c’est juste que ça ne t’intéresse pas plus que ça, sans raison particulière ? Est-ce que tu es juste trop conne, ce qui serait curieux car je suis amoureux de toi, mais on ne sait jamais ? Fin l’expression ‘amoureux de toi’ n’est peut-être pas ce qu’il y a de plus réussi dans la civilisation française, in love with you est beaucoup plus sexy, disons que si j’avais le choix là maintenant fin pas là maintenant parce que là je rigole, mais disons si j’avais eu le choix les trois quarts du temps ces derniers temps j’aurais préféré être au pieu ou dans les bois avec toi plutôt que n’importe où ailleurs, etc.

4) Le pluriel de bisou est bisous et quelque part c’est sûrement très con mais je pense qu’il est assez miraculeux mais tout à exact qu’on peut faire des baisers magnifiques sans savoir l’alphabet mais certainement pas des bisous à la con. Donc mets un S si tu peux à la place du X mais sinon pas grave, je trouverai bien quelqu’un à embrasser et à me faire embrasser par (la simultanéité de phénomènes accordés au fond est ce qu’il y a de plus miraculeux dans ton foutu Cosmos) ne serait-ce que dans ce qui me sert de rêves. Sic transit gloria mundi.

5) Tu te souviens que quand on était gosses on savait qu’en l’espace de trente minutes l’humanité pouvait être effacée de la surface de la Terre par une guerre nucléaire. Je me demande maintenant si ça n’a pas eu une influence décisive sur notre psychologie à nous fin je veux dire toi et moi-même si je pense que nous sommes dans ce pseudo-asile pour une tout autre raison que notre pseudo-folie d’ailleurs d’où vient le mot folie ? Mais pour en revenir à cette sorte de peur très spéciale (c’est le mot peur qui convient non ?) il y a un truc qui me tue ces jours-ci depuis la mort de Maurice je me dis : si toute l’humanité était rayée de la carte dans trente minutes, enfin pourquoi pas tout de suite parce qu’après tout personne n’a prévu de me prévenir de la fin du monde dès la détection d’une centaine de signaux radar simultanés quelque part au-dessus de la taïga sibérienne ou d’Alaska, bref si tout s’arrêtait brusquement comment est-ce que je ferais pour savoir si j’ai vraiment eu un enfant avant d’être enfermé ici est-ce que ça au moins tu pourrais me le dire si tu te souviens ?

6) Et est-ce que mon enfant ne va pas se sentir terriblement seul s’il existe et qu’il voit que j’ai laissé la fin du monde arriver ? ça aussi s’il te plaît une réponse si tu sais quoi que ce soit merci. Point final.

7) Rapport au final des points de la saison : je n’ai jamais été doué pour les jeux d’argent, même quand on remplace l’argent par des nombres griffonnés sur du papier. Mais ce n’est pas un problème. Sauf si vous vous amusez plus avec un adversaire sérieux, fin je veux dire avec un adversaire.

8) Je ne pense pas que ce score résume la situation, à moins que ce ne soit la situation de ton point de vue mais bon. De mon point de vue qui vaut ce qu’il vaut c’est-à-dire rien voire moins que rien (-32.000 c’est à peu près la date de la première peinture de l’humanité ce qui est tout de même assez saisissant de mon point de vue par exemple) non oublie.

9) Il n’y a pas de situation sexuelle. Il n’y a pas de sexe. Il n’y a pas de situation. Il y a le corps dans la pensée et la pensée dans le corps. Toute partie du corps est érotique quand la pensée s’en mêle. Aucune partie du corps n’est érotique quand la pensée s’emmêle. Et réciproquement. Je développe histoire de ne laisser aucune ambiguïté, voire très peu : Toute partie de la pensée est érotique quand le corps s’en mêle. Aucune partie de la pensée n’est érotique quand le corps s’emmêle, à moins que ce ne soit avec un autre corps. Et réciproquement fin je veux dire à moins qu’une pensée ne s’emmêle dans une autre pensée. Cui bono. (Note en me relisant : j’ai oublié un élément clé de toutes ces équations : le lieu. Enfin ce n’est pas un élément de ces équations, c’est une nouvelle équations dans ce systèmes d’’équations. J’espère avoir été plus clair maintenant.)

10) Si une ou plusieurs phrases de ce message te déplaisent ou te mettent mal à l’aise, tu n’as qu’à les rayer d’un trait propre fin je veux dire qui n’efface pas complètement le mot pour que je puisse lire et faire mieux la prochaine fois s’il y en a une. En attendant la prochaine fois ne tiens aucun compte des phrases qui te déplaisent ou te mettent mal à l’aise. C’est comme ça qu’on fait dans la vie et parfois on a raison.

11) T’aurais pas du papier à cigarettes ?

Besos

Thomas »

Evidemment, il rêvassa aux réactions possibles de Laura en lisant sa réponse et il trouva que c’était pas mal du tout tout ce que ça pouvait provoquer mais en fait il n’écrivit jamais ces phrases d’abord parce qu’il n’avait pas beaucoup de papier, ensuite parce qu’on lui avait confisqué son dernier stylo, et enfin parce que lui il ne savait pas très bien comment Laura faisait pour faire circuler tous ces messages à la con.

D’ailleurs maintenant que j’y pense d’après les récits que j’ai pu rassembler par la suite Laura et lui ne feraient plus jamais l’amour mais ça, ils ne le savaient pas encore et s’ils l’avaient su, il est probable qu’ils auraient tout fait pour baiser encore quelques coups mais après tout on ne peut pas tout savoir dans la vie.

La seule chose qu’on peut savoir c’est qu’on ne peut pas tout savoir et donc agir en conséquence.

Moi aussi j’espère avoir été plus clair.

Maintenant.

Partager cet article

Repost 0

commentaires