Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 06:33
(Très brève) - 4. Développement de l'intelligence

4. Développement de l’intelligence

156.0°E Optus B3 030509 154.0°E JCSAT 2A 030606 150.0°E JCSAT 1B 030609 148.0°E Measat 2 030607

Des événements inexpliqués se produisaient.

Au crépuscule une petite boule de feu fluorescente bleue, jaune, rouge, parfois verte, pouvait fuser du premier étage vers les étoiles inquiètes.

Lorsque Laura restait debout à la fenêtre, le soir, on pouvait être quasiment sûr que « la comète » allait surgir. On approchait les chaises sur les pieds desquelles Stephen avait collé des sparadraps pour ne pas réveiller l’infirmier de garde, et en attendant on discutait le coup pour savoir si telle ou telle lueur scintillante dans le ciel était

  1. Une étoile
  2. Cent milliards d’étoiles (une galaxie)
  3. Cent mille milliards d’étoiles (un amas galactique)
  4. Un passage vers les Enfers
  5. The narrow door of a celestial brothel

Quand la comète arrivait tout le monde se précipitait d’un coup à la fenêtre pour la voir lentement retomber à l’autre bout du parc, loin derrière les silhouettes noires des peupliers, et toutes les chaises tombaient une à une à une à une à la renverse. Comme Stephen ne les avait pas complètement emballées dans le sparadrap ça réveillait l’infirmier de garde. Ça laissait les chaises et ça fonçait aux lits. Quand l’infirmier était reparti en râlant après avoir empilé les chaises ça discutait toute la nuit pour savoir si oui ou non la comète avait réussi à sortir du parc et ça allait vérifier le lendemain matin mais on ne trouvait rien ce qui voulait dire que

Tout aurait pu continuer comme ça pendant très longtemps et Thomas Book, colosse irrécusable, aurait peut-être fini sa vie là muchos años después parmi ses semblables, à noircir des pages en s’enfonçant toujours plus profondément dans la solitude et le silence, mais il en voulut autrement.

Il fallait qu’il parvienne à jeter une bouteille au maelstrom avant qu’il ne fût trop tard.

Mais où était l’océan ?

Peut-être que l’asile en était à plusieurs centaines de kilomètres. C’était même probable. Pour ne pas dire certain. On n’allait pas enfermer des cinglés au bord de la mer. Ça aurait été une contradiction manifeste. L’océan furieux sans limites, or et mercure, aurait défoncé tous les murs, libérant définitivement esprits paroles, gestes, cheveux.

La 40ème nuit Thomas Book roula son manuscrit (un cahier d’écolier Oxford 96 pages à 50 centimes) en sarbacane, l’enfila dans la poche intérieure de sa veste et s’envola par la fenêtre du deuxième étage. Il atterrit dans un rectangle de terre douce, entre deux rosiers coupés ras, et effectua un parfait roulé-boulé sur la pelouse pour amortir le choc. Il vérifia que le cahier n’était pas tombé de sa veste et fila vers le fond du parc.

Au pied d’un sycomore géant il étudia le mur et ses inscriptions. Elles étaient indéchiffrables. Ça faisait trois mètres de haut. La meulière taillée n’offrait aucune aspérité capable de porter un homme. Thomas Book n’était pas équipé. Il marcha cent mètres à gauche, deux cents mètres à droite et comprit qu’il ne parviendrait pas à franchir ça.

Mais le cahier, si.

Thomas le sortit de sa poche, le déroula tendrement et le balança par-dessus l’enceinte.

Les pages s’étendirent et se replièrent comme des ailes d’albatros, le cahier s’élança vers le ciel chargé de lourds nuages phosphorescents et retomba de l’autre côté, au pied du mur.

C’est à cet instant qu’il se mit à pleuvoir des hallebardes et que les deux léopards lui fauchèrent les avant-bras.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Andreas Guest

« Andreas Guest, c’est ton vrai nom?

- C’est bien possible, oui.

- Parce que si j’ai bien compris, du peu que tu as publié depuis 'Lahatena' en 2001, ça a été le plus souvent sous des pseudonymes pas toujours transparents comme Alexandre Gambler, Léo Zyngerman et Thomas Spaeher ? Schizophrénie ?

- Je ne sais pas, il faut peut-être demander à quelqu’un d’autre. Je crois surtout que n’importe qui ne peut pas raconter l’histoire de n’importe qui. »

Recherche