Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 08:17
(Très brève) - 16. Satisfaction

16. Satisfaction

100.5°E AsiaSat 2 030614

Puis Stephen tira lentement un livre de derrière son dos et le posa par terre, la couverture bien en évidence. Plan d’évasion de Bioy Casares. Un livre dangereux et passionnant. La famille de Stephen n’avait pas froid aux yeux. Sa sœur de toute façon était folle à l’extérieur.

Philippe produisit à son tour un bouquin. Un gros avec plein d’images : Encyclopédie des chasseurs-bombardiers contemporains. Mais où allait-il chercher ce matériel ?

Maurice : une vieille Bible à moitié déchirée.

Loïc : Canto a la Realidad, une anthologie de photos avec sur la couverture un ange sud-américain découvrant une vallée désertique un grand magnétophone argenté à la main. L’ange avait l’air un peu nerveux. C’était quelque chose dans sa posture, peut-être au niveau des épaules crispées au niveau de la racine des ailes.

Enfin Laura posa sur les genoux de Thomas les très-stratégiques œuvres ultracomplètes de Zhuangzi et, très fier de lui, Philippe tira un deuxième livre de sous une couverture, un monumentalbum d’astronomie intitulé : Voyage à travers le système solaire.

« Voici les Cinq Livres » fit Laura sans laisser à Thomas le temps de réfléchir. « Comme tu peux le voir, ils couvrent un champ très étendu.

- Ok.

- En réalité, si tu réfléchis un peu, ils couvrent l’ensemble des choses qu’on peut trouver dans le monde.

- L’univers ?

- Exactement. Même si je préfère le terme de cosmos.

- Univers ça fait trop latin pour toi ?

- Voilà. Les latins comparés aux grecs c’est quand même un peu… »

Et elle crispa ses mains dans l’air comme si elle agrippait quelque chose.

Philippe souriait, ravi.

Même la Sainte semblait momentanément apaisée.

« Tom. Nous pensons que si tu parcours toutes les pages de chacun de ses livres, autrement dit si tu parcours tout le cosmos avec ce qui te sert de pensée, tu trouveras forcément des images ou des phrases que tu as déjà vécues.

Thomas fronça les sourcils.

« Vécues ?

- Oui, vécues.

- Voyage à travers le système solaire ?

- Là ou ailleurs. Regarde bien chacun des Cinq Livres. Chacun de nous a reconnu ses images. Toi aussi tu vas voir. Il y a forcément un moment de ta vie dans l’un au moins de ces livres. Il suffit de prendre le temps de chercher dans ces livres et de chercher en toi-même.

- Et si toi qui as l’air de te souvenir un peu de qui j’étais, Laura (c’est un truc que je me suis dit l’autre jour), et si toi tu me racontais qui j’étais, ça n’irait pas plus vite ?

- Et si c’était trop grave pour que tu croies quelqu’un d’autre que tes propres souvenirs, Tom ?

- Je ne compr…

- Si je te racontais, moi, qui tu étais, toi, tu ne me croirais peut-être pas. Il faut que ça vienne de l’intérieur de toi. Alors tais-toi et regarde. On a pris le risque de réunir les Cinq Livres, ça nous a pris des mois de les rassembler ici, donc tu nous dois bien ça. »

Tom regarda la petite assemblée des fous qui le regardaient comme le Messie. Si les infirmiers trouvaient ces livres, c’était sûr, ils en auraient tous pour une semaine de bouclage absolu. Il tendit mollement la main vers Philippe qui lui donna l’album d’astronomie. Thomas le prit sur ses genoux, l’ouvrit au hasard et fit glisser quelques pages en soupirant.

Il s’arrêta net, retourna quelques pages en arrière et vérifia une photo.

« Bon. Je reconnais déjà celle-là. Ce qui est parfaitement absurde.

- Montre au lieu de faire l’enfant. »

Thomas mit l’album à la verticale, bien visible de tous.

« Qu’est-ce que c’est ? »

Thomas réfléchissait de plus en plus vite. Ça ne peut être que la fin du monde, en avançant. Il ne savait pas pourquoi mais il était inquiet. Ça lui rappelait réellement quelque chose. Que les oiseaux et les sources sont loin ! Il regarda encore l’image, la tête de travers. C’est peut-être sur ces plans que se rencontrent lunes et comètes, mers et fables.

« Bah c’est la comète Shoemaker-Lévy », triompha Stephen.

« Toi ferm’ ta gueule, s’non j’te fagott’ un bûcher », siffla la Sainte en essayant de poser sa main sur les lèvres de Stephen qui se laissa faire joyeusement.

« Attendez » fit Thomas en essayant de se concentrer, de plus en plus préoccupé.

Il regardait bien loin en lui-même, l’album toujours à la verticale sur les genoux.

On aurait dit qu’il allait faire apparaître quelque chose à force de regarder rien.

Il se souvenait.

Il avait l’analyse spectrographique sous les yeux, dans ses moindres détails.

Il regardait pauvre feuille imprimée, papier, et puis dehors c’était un soir d’orage approchant l’été magnifique avec odeurs mystérieuses flottant dans l’air et puis message électronique spectrogramme Pic du Midi. Parfois comme à travers une sorte de passage ouvert au hasard à la rescousse il reconnaissait dans l’air de cet orage qui n’en finissait pas de gonfler parfum Juliette à 39,4 années-lumière de distance. Si embrassé Juliette à l’époque où aujourd’hui ? Dans le pétrin. Mais dans Juliette le pétrin ou dans Laura l’asile y réfléchir avec un peu de chance encore rattraper ça à condition de ne tuer personne bien sûr attention les sentiments les parfums le désir la destruction du monde

« Laura », dit doucement Thomas en sortant son briquet interdit.

« Oui », fit Laura doucement en sortant deux cigarettes interdites de son soutien-gorge.

Thomas mit méthodiquement le feu à l’album et lâcha tout dans la corbeille, métallique bien sûr.

Laura rangea les clopes.

« Viens, Laura. »

Ils sortirent et marchèrent paisiblement le long du couloir en laissant les copains gérer le feu.

« Tu te souviens de quoi, Tom ? »

Il entraîna Laura dans sa chambre, coinça la serrure avec une chaise, arracha soigneusement un poster de Danse avec les Fous et le rescotcha sur le judas. Ensuite il s’agenouilla, souleva ce qu’il y avait à soulever de la robe de Laura et embrassa tendrement ses cuisses presque noires.

Elles étaient douces, fermes et sucrées.

Orchidée en fête secrète.

« Je peux… savoir ? » soupira Laura.

« Je me cache », dit Thomas. Et il laissa ce qu’il y avait à laisser retomber de la robe de Laura retomber sur sa tête.

« Et… pourquoi… tu… te…  caches… ici ?

- C’est le meilleur endroit.

- Pour… quoi ?

- Le plus vivant.

- Tu… vas… m’explo… rer ?

- Exploration, piège à cons.

- Alors… qu’est-ce… que… tu vas… faire ?

- Nous sauver.

- Comment… ça ?

- Recoller les morceaux.

- Les mor… ceaux… de… quoi ?

- Du cosmos.

- Bon… Je peux… t’aider ?

- Merci.

- C’est… moi… »

Partager cet article

Repost 0

commentaires