Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 13:00
Melnik (Bulgarie)

Melnik (Bulgarie)

L’orageuse leur balança négligemment un escarpin et la porte claqua à toute volée.

« Les navions c’est les cadets de ton souci. Ecoute, Tom », reprit Laura. « Tu as pris des responsabilités, mon chéri. Tu dois les assumer. »

Thomas la regarda quelques instants en se rallumant une clope, un sourire aux lèvres et la tête quelque part dans le sud-est européen, dans un coin où on pouvait faire pousser du tabac, genre les environs de Melnik.

« Quelles responsabilités ? »

Laura entrouvrit légèrement les lèvres, irrésistiblement scandalisée, avant de baisser la tête d’un air franchement déçu.

« You fucking clown, you said you’d save the world, Thomas Book.

- Sauver le monde, quelle connerie… Bon mettons que je l’ai dit dans un moment d’égarement, ok, pourquoi pas, je m’en souviens pas mais je l’ai dit, ça consiste en quoi ? »

Laura redressa dignement la tête.

« Premièrement, il nous faut une Résistance.

- Un solénoïde ?

- J’ai dit une Résistance, Mort-Dieu. Comme en 40. Congé sans solde.

- De quoi tu parles, Laura ?

- C’est ce que tu disais toi-même, Thomas. On était d’accord.

- Mais d’accord pour quoi, Bordel divin ? »

Laura posa son index à elle sur ses lèvres à lui.

Il régnait un silence absolu dans l’asile tout entier. Et dans ce silence on entendit juste, dans le hall de l’étage, une voix fatiguée qui s’éleva soudain : « Tu ne tuuuuuuuuuueras pooooooooooooint… Tuuuuuuuuuuu neeeeeeeee tueraaaaaaaaaaaas poiiiiiiiiiiiiiiint… Tu ne tueras pointeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee. »

Tom regarda Laura d’un air effaré.

« Ne jure pas, Thomas Book », chuchota-t-elle en le regardant droit dans le tréfonds des pupilles, autant dire le cerveau. « Car c’est ce que tu as de plus sacré.

- Quoi ? » chuchota Book en retour, sincèrement intrigué.

« A. I. L. E.

- Comment ça, elle ?!

- A, I, L, E. Armée Intercontinentale de Libération Ecologique. Devise : Rien d’important ne meurt. »

Thomas réfléchit. Ça lui disait bien quelque chose.

« De qui est composée cette fameuse Armée ?

- De tous les résolus à sauver le monde.

- Ok. Et on est combien ? »

Les yeux de Laura étincelèrent de fierté.

« Pour l’instant, deux. »

Etirant lentement son index gauche, elle en posa le bout sur sa poitrine, puis sur celle de Tom.

« Tueeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee ne tuuuuuuuuuuuuuuuueras pointtttttttttttttttttttttte. »

Puis un très long silence.

Plusieurs minutes.

Laura prit quelques bouffées de la cigarette de Thomas, blottie contre lui sur le seul fauteuil de la pièce, s’empara de sa main, déplia ses doigts et les posa sur sa cicatrice qu’il caressa doucement.

Le temps s’arrêta un bon bout de temps.

The Saint avait probablement fini par s’endormir sur son trajet, quelque part entre la salle des douches et ses eaux stagnantes et l’infirmerie qui puait le mercurochrome. On ne l’entendait plus, Anne. Sans doute dans le bac à linge au coin du couloir, bien hors de vue de l’infirmier de garde qui regardait une série à la TV qui parlait d’une bande de jeunes riches qui se disputaient pour savoir qui était la fille la plus difficile à inviter au cinéma. (Quand même penser à réveiller la Sainte avant la lessive du matin.) Bref le silence était total.

« Oui, deux, à ma connaissance », précisa Laura d’un air profondément conscient de la finitude humaine.

« Et comment allons-nous procéder » demanda Tom, un bras autour de la taille de Laura, sans quitter des yeux une mèche jolie de cheveux noirs aux reflets violets.

« Nous n’allons pas procéder, Tom. On ne sauve pas le monde avec des procédures.

- Même d’urgence ?

- Surtout.

- Bon alors avec quoi ?

- Avec ton corps, mister Book. »

Partager cet article

Repost 0
Published by riverrun
commenter cet article

commentaires