Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 07:43

10. Les règles rituelles

116.0E Koreasat 3 030515 113.0°E Koreasat 2 030327

Un très beau jour le docteur de Thomas se décide à jeter un œil aux cahiers de Thomas qu’il n’a pas vraiment réussi à cacher (la véritable difficulté est de cacher qu’il écrit) et le docteur dit que le résultat est un peu décevant mais

1) ne vous inquiétez pas c’est normal,

2) tous ceux qui écrivent à l’asile

3) commencent par s’imaginer une deuxième vie, une vie à l’extérieur,

4) une vie qui n’a pas grand-chose à voir avec leur quotidien, leur propre personnalité, leurs défauts réels, leurs problèmes concrets,

5) ni ce qu’il doivent à la société, voire à l’humanité.

6) c’est une première étape, vous comprenez, Thomas, une espèce de catharsis, disons si vous préférez de vidange. Après quand vous réaliserez que

6bis) vous êtes dans une impasse,

7) vous reviendrez à la disons la realitas, vous vous apercevrez enfin que la réalité est plus riche que vous ne pensiez, que vous aviez tort de penser que tout était blanc ou noir, de penser que dans la vie réelle on ne pouvait que

8) pourrir d’ennui (du bas lat. inodiare, avoir la haine).

La réalité la réalité tu sais ce qu’elle te dit la réalité ? lui a répondu Tom.

Alors le docteur a souri et emporté les trois cahiers couverts d’une écriture rapide et facile à lire et il a dit qu’il fallait les brûler pour que la catharsis au sens original du terme vous comprenez se réalise vraiment. Il a organisé un petit bûcher dans la cour de l’asile visible depuis pas mal de fenêtres pour que l’histoire fasse le tour de la maison et il a brûlé lui-même ces petits trucs en papier et en carton l’un après l’autre, le visage plein d’espoir.

Les infirmiers ont dû maîtriser Thomas une fois encore et c’était un peu humiliant pour un oiseau déguisé en homme et lui administrer des doses de sédatifs pour qu’il n’anéantisse pas tout le mobilier du deuxième étage ou quelque chose comme ça.

(Nous aurons besoin de ce mobilier pour les autres patients.)

Dans un vague brouillard en sentant qu’il plongeait Tom entendit la voix de Laura quelque part sur sa gauche qui disait : « Je suis avec toi. Même s’ils m’enferment à l’autre bout de l’asile je pense à toi ce qui veut dire que même si je ne te tiens plus la main, même si je ne te tiens plus jamais la main, je suis avec toi. »

Et Tom dans son vague brouillard qui tournait au vague blizzard ne se demandait plus si ce que Laura disait était vrai parce que c’était un vieux problème que beaucoup de gens connaissaient et il ne se souvenait plus très bien qui ni où avait dit que penser à quelqu’un c’était un peu le sauver mais l’important c’était le ton sur lequel ça avait été dit par Laura le genre de musique de sa voix quand elle avait dit ça alors non Tom ne se demandait pas si c’était possible de sauver quelqu’un par la pensée il se demandait si la voix de Laura avait prononcé ces mots dans un rêve ou dans la realitas il se demandait si Laura existait et si lui, Thomas, aurait toujours la force de se souvenir de Laura, pour la sauver aussi, de le lui dire avec ce genre de musique dans la voix.

Partager cet article

Repost 0

commentaires